Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Dossier spécial - Canton d'Ancenis : Commémoration de la Grande Guerre

Ancenis et son canton pendant la Grande Guerre - L'année 2014 est historiquement exceptionnelle. Les commémorations du centenaire de la Grande Guerre se succèdent, et la ville d'Ancenis, accompagnées des associations patriotiques, s'est largement investie pour que la mémoire perdure.


En effet le 1er août 2014 - à 16 h - Le tocsin a retenti, comme il le fit, il y a 100 ans, pour appeler les Anceniens, âgés de 20 à 38 ans, à la mobilisation générale.

Puis le 6 septembre, la ville a été choisie, dans le cadre de l'opération nationale " 100 villes, 100 drapeaux, 100 héros", pour mettre à l'honneur les soldats du 64ème Régiment d'Infanterie.

Enfin, une exposition intitulée " Ancenis et son canton dans la Grande Guerre" se tiendra du 2 au 23 novembre à la Chapelle des Ursulines.


AM MAG consacre ce dossier spécial dédié aux commémorations de la Grande Guerre , en partenariat avec la Ville d'Ancenis.


Témoignage d'un poilu du 64ème RI d'Ancenis : Désiré Davodeau ( habitant de Saint Herblon)

Désiré Davodeau - Témoignage d'un poilu du 64 ème RI d'Ancenis.
Désiré Davodeau - Témoignage d'un poilu du 64 ème RI d'Ancenis.
AM MAG remercie très sincèrement une fidèle lectrice qui nous présente aujourd'hui, le journal d’un poilu du 64 RI d’Ancenis - document qui sera bien entendu exposé aux Ursulineslors de l'exposition.


Il s’agit du journal de guerre de Désiré Davodeau.


Dans son journal, Désiré raconte et décrit, jour après jour , où il est, ce qu’il fait depuis la déclaration de la guerre ...
jusqu’à son retour en 1945 en pays d’Ancenis.





Le journal de Désiré Davodeau - "Départ pour le front"
Le journal de Désiré Davodeau - "Départ pour le front"

Désiré Davodeau



Désiré Davodeau est né au Moulin du bourg à Saint-Herblon le 27 novembre 1880.


Il travaille d’abord au château Le Fort, à St-Herblon , ce jusqu’à son service militaire.


Marié en 1904 à une femme de Bouzillé : Marie-Louise Bondu. Tous les deux vivront à Nantes. Désiré davodeau y sera employé de commerce aux huileries Calvé-Deft.




Déclaration de la guerre


Le 22 aout 1914, soit 20 jours après la déclaration de la guerre, Désiré Davodeau est alors âgé de 34
ans. Réserviste il se présente à la caserne Rohan (là où il a fait son armé de 1900 à 1902), au sein
du 64ème RI.


« Mais on me renvoie dans mes foyers, (ainsi que ceux de ma classe, classe 1900) en attendant des ordres ultérieurs. »


4 septembre 1914 : « reçu avis de rejoindre le dépôt du 64ème RI à Ancenis, immédiatement et sans délai »


Jusqu’au 4 octobre 1914, Désiré Davodeau restera à la caserne attendant le départ pour le front.



Départ pour le front dans la Somme



Les tranchées de la somme.

Jeudi 8 octobre 1914 : « matin départ pour les tranchées, passons Auchonvillers en feu, avons traversé une
plaine sous une pluie d’obus, couchons dans une tranchée ébauchée face à Beaumont ».




Les conditions sont particulièrement difficiles, comme il l’écrit le 6 décembre 1914 :

« Pluie, grêle. Le soir (du 7 octobre) nous montons en première ligne, temps épouvantable, les boyaux étaient remplis d’eau. Séjour dans la tranchée de l’arbre en Boule. 1ère ligne... Le soir , descendons dans une tranchée, en arrière, en réserve.

Toute la nuit, nous avons travaillé sous la pluie pour se creuser un petit abri… »




Une année plus tard ... Septembre 1915.



Le soldat participe à l’offensive de Champagne , une « attaque terrible, sans résultat pour notre division. »


Sur ordre du médecin-major, Désiré, souffrant de douleurs dentaires depuis longtemps, est évacué
en octobre 1915 à l’hôpital de Vitry-le-François pour se faire arracher 12 dents.



Il séjourne dans différents hôpitaux jusqu’en février 1916 ou il bénéficie d’une permission de 7 jours (du 5 au 11
février 1916).



Jeudi 30 mars 1916, Désiré Davodeau passe la visite de contrôle à Ancenis.

Oui, il est reconnu apte.


Il est alors affecté à la 25ème Cie du RI jusqu’au 2 aout 1916.


Durant cette période il participe principalement à des exercices militaires autour d’Oudon et du cellier.




En 1917, il sera des combats dans l’Aisne et en 1918 sera de la deuxième bataille de la Marne, dans la guerre des tranchées.




Armistice



Lundi 11 novembre 1918 alors qu’on signe l’armistice à 11h, Désiré Davodeau écrit enfin « départ pour
Yvernaumont, la Compagnie ayant été relevée le 10 au soir cantonne à Yvernaumont. »





Photographie de Soldat - Guerre 14 - 18.
Photographie de Soldat - Guerre 14 - 18.
Les jours qui suivent, la Compagnie se déplace très souvent, toujours bien accueillie, par les habitants.


Dimanche 23 février 1919, rentré à Nantes la veille.


Désiré Davodeau est « démobilisé à la caserne Cambronne au 65ème RI. Retour à la vie civile. Fin de la campagne 1914. »





Retour à la vie civile


Désiré Davodeau retrouve sa famille à Nantes et son emploi jusqu’en 1940. Puis il vient habiter à Bouzillé.


Pendant l'occupation allemande, il y sera secrétaire de mairie.



Par chance, pendant cette grande guerre , il n’aura connu aucune blessure.




L'ange - "Elle te gardera comme elle m'a gardé".
L'ange - "Elle te gardera comme elle m'a gardé".
A propos de cette carte représentant un ange, son fils a écrit :

« Je garde cette image en souvenir de mon papa envoyé le 10 décembre d’une tranchée appelée
l’arbre en boule à 100 mètres de l’ennemi le 10 décembre 1914. »

G. Davodeau



Citation de Désiré Davodeau :

« elle te gardera comme elle m’a gardée ».




Désiré Davodeau est titulaire de la croix de guerre.


Il s’est éteint le 5 novembre 1945 à Bouzillé.

Publi-rédactionnel : Exposition à la Chapelle des Ursulines, à Ancenis

Centenaire 1914 - 1918.
Centenaire 1914 - 1918.
Ancenis - Chapelle des Ursulines

Exposition du 2 au 23 novembre, les mercredi, samedi et dimanche de 15h à 18h à la Chapelle des
Ursulines.


Ouverture exceptionnelle le mardi 11 novembre de 10h30 à 18h.


Ancenis et son canton dans la Grande Guerre


Initiée par le Sivom du canton d'Ancenis, les associations patriotiques locales, le Souvenir Français et l'Union Nationale des Combattants, cette exposition revient sur ce que fut la Grande Guerre pour nos ancêtres.

L'Association Culturelle d'Ancenis, l'association Louis Lumière du Cinéma Eden, l'ARRA, le Syndicat d'initiative, la Croix Rouge, le Club d'histoire du Collège René-Guy Cadou, l'ONAC, l'historien Joël Thiévin, les écoles de Coëtquidan et et le servcie historique de la Défense ont participé à ce grand rendez-vous d'histoire.


Défilé rue Villeneuve - Collection Brouard.
Défilé rue Villeneuve - Collection Brouard.

Un retour en images en 1914



Grâce aux collectionneurs qui « œuvrent » par passion, des photos inédites vont être exposées. Ce sont
des témoignages poignants de soldats en famille, en permission ou en partance pour le combat, mais aussi
des moments plus douloureux dans les tranchées où les conditions de vie étaient des plus terribles. On
retrouvera aussi des photos des soldats du 64ème R.I., les héros de notre ville.



Le Cinéma Eden
projettera, le mardi 11 novembre à 20h30, le film « La Chambre des officiers » (sorti
en 2001), de François Dupeyron. Adapté du roman de Marc Dugain, ce film s'intéresse ici à un aspect
particulier de la Grande Guerre, à savoir, les gueules cassées, ces soldats défigurés par le conflit.


Le club philatélique s’associe également à l’événement en mettant en vente des timbres et cartes
postales du 64ème Régiment d’Infanterie.

Le timbre peut en être commandé auprès de M. Joseph Chauvat à joseph.chauvat@gmail.com - Contact : Gilles Neveu au 02 40 83 17 93).



Et puis, ces objets qui ont traversé le temps...


L’image est précieuse, mais elle ne fait pas tout.

Ainsi, au-delà de la photo sépia ou noir et blanc, la présence d’objets d’époque chargera en émotion la visite. Seront ainsi exposés : des tenues d’officiers, des médailles, un masque à gaz, une paire de jumelles de campagne, etc.


Des correspondances d’officiers et des fac-similés de lettres de témoignages qui plongeront le lecteur dans des
moments clés au front, tout comme des instants plus simples du quotidien, les nuits qui n’en n’étaient
finalement pas….


On y trouvera aussi le fac-similé de l’ordre général signé du Général Pétain.

Enfin, le drapeau du 64e R.I., exceptionnellement prêté pour l’occasion par le Service Historique de la Défense, tout comme ce fut le cas le 6 septembre dernier.





Une ouverture vers la jeunesse


Cette exposition est destinée à tout public mais les organisateurs ont à cœur de s’adresser aux jeunes
générations pour que le sacrifice de leurs aînés ne soit pas plongé dans l’oubli.


Ainsi, les élèves de CM2 du canton et des collégiens pourront visiter l’exposition.


Assurément, la logistique sera impressionnante!



Cette visite s’articulera autour d’un travail pédagogique mené en amont avec les enseignants. Les
organisateurs de l’événement seront présents pour échanger avec les élèves et répondre à leurs questions.


Afin d' apporter une note solennelle à cette visite, une cérémonie spécialement organisée pour les scolaires
se tiendra dans chaque commune du canton le lundi 10 novembre.

A Ancenis, elle aura lieu à 10h30 au Lieu de Mémoire.

A St Géréon, la cérémonie se déroulera au monument aux morts à 14h15.




Le mardi 11 novembre, ce seront les huit communes du canton qui se réuniront au Lieu de Mémoire pour commémorer
ensemble l’armistice de la guerre 14/18.


Le vernissage de l’exposition aura lieu le mardi 11 novembre à 11h, à l’issue de la cérémonie commémorative.



TAP - Saint Géréon , interview de Robert Prodhomme , président du Souvenir Français cantonal

TAP Saint Géréon - Les ateliers du P'tit Mag.
TAP Saint Géréon - Les ateliers du P'tit Mag.
Dans le cadre de nos Temps d'Activités Périscolaires, les jeunes reporters inscrits aux ateliers du P'tit Mag , ont reçu la visite de Robert Prodhomme.

Ensemble, nous avons interviewé Mr Prodhomme - un exercice que les enfants apprécient !


Ensemble, nous avons évoqué la Grande Guerre et notamment, la vie des poilus dans les tranchées.

Certains enquêteurs ont rapidement réagi : " Ca se voit , nous n'étions pas prêts pour faire la guerre ! Les soldats portent une casquette rouge et de longs manteaux bleus. Ils sont repérables !"


N'en déplaise à Théo , point de "sulfateuse" en 1914 ! Mais une baïonnette au bout du fusil pour le combat au corps à corps.

A 5 et 6 ans, les enfants localisent parfaitement les monuments d'Ancenis !
A 5 et 6 ans, les enfants localisent parfaitement les monuments d'Ancenis !
Autre intervention rapide de Robert Prodhomme, auprès des élèves de Grande Section de l'école Alexandre Bernard.

Savez-vous que nos tout-petits sont capables de citer et de géolocaliser les principaux monuments aux morts de Saint-Géréon et d'Ancenis ?


Une belle séance d'échanges et de discussions, signé le P'tit Mag d'AM MAG.



Naturellement, nous poursuivrons nos investigations et nous visiterons l'exposition, aux c^tés de nos jeunes reporters de l'école du Gotha, cette fois.



Puis nous retrouverons l'ensemble des enfants inscrits au Monument aux Mort de Saint Géréon, lundi 10 novembre à 14 h 30.


A suivre ...



"Les pages et contenus de www.ancenis-mauges.fr sont protégés par les lois françaises et internationales sur le droit d'auteur et la propriété intellectuelle".

Pour faire simple : les photographies présentes et notées comme tel sur Ancenis Mauges Mag sont propriété d'Ancenis Mauges Mag - idem pour les textes !. Il nous est particulièrement désagréable de les retrouver ... sur d'autres sites ou journaux - sauf accord avec un confrère !


Notez



Les Infos près d'ici... | Soumettre un article | Mentions Légales | Contact | Coups de coeur de la rédaction | Informations | L'info des réseaux





Partager ce site



Inscription à la newsletter

L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  


Savoir-faire & Diffusion - Ancenis Mauges MAG est le média local d'une agence en communication- Conseil en stratégie. Notre objectif: communiquons autrement, communiquons mieux!