Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

J'ai rencontré "le peuple du sourire"

En novembre dernier, Pierre Landrain, ostéopathe installé à Ancenis, partait en mission pour la Thaïlande. Les objectifs de ce déplacement avec l'association "ostéopathes et enfants du monde" : Faire découvrir l'ostéopathie en Thaïlande et travailler auprès des enfants.

Rencontre et récit d'une expérience hors-norme.


Témoignage de Pierre Landrain, ostéopathe revenu de mission en Thaïlande en novembre 2010

J'ai rencontré "le peuple du sourire"
"Partir ainsi en mission est une démarche très enrichissante. De la Thaïlande , je retiens un accueil vraiment positif. L'association "Ostéopathe et Enfants du monde" a été créée en 2004 à Lille, par Dany Heintz Blondy et Béatrice Blaser. dans la région lilloise, les deux femmes travaillaient déjà avec des enfants. Elles ont eu l'envie de partir traiter les enfants dans les pays où l'ostéopathie n'est pas présente. C'était aussi une façon de faire la promotion de l'ostéopathie mais pas que cela.


Leur première mission a eu lieu en Inde du Sud en 2005. On compte une mission deux à trois fois par an.


Une mission s'est ouverte en Thaïlande. Nous avons eu une bonne année de préparation avec les orphelinats sur place.


J'adore le travail auprès des enfants. Aussi j'aime travailler avec des mentalités différentes. Les rapports aux tissus, notamment, ne sont pas les mêmes. Le rapport au corps est tout à fait différent en Thaïlande.


J'ai rencontré des enfants lourdement touchés : Ils avaient du mal à dormir. certains avaient contracté de graves maladies... Finalement, les retours sont plutôt positifs.


L'ostéopathie permet en effet des déblocages importants au niveau des tensions ou de la rétention émotionnelle. On a travaillé à 4 mains pour aller plus vite. Peu à peu les enfants retrouvaient le sommeil qu'ils avaient perdu ou encore leur appétit".

Les osthéopathes ont visité 5 orphelinats en 3 semaines

J'ai rencontré "le peuple du sourire"
"Nous avons pratiqué dans 5 orphelinats différents. Aussi avons-nous vu la partie la plus sombre du pays. Il faut savoir que la prostitution fait partie intégrante de la société thaïlandaise. Nous étions près de Bangkok, puis dans une ville appelée Nongkhaï, située plus au nord est de la Thaïlande. Dans cet orphelinat de Nongkhaï, il y avait 70 enfants.



Les femmes qui se sont prostituées jeunes, se marient, puis ont leurs enfants (...) Tous les enfants des orphelinats sont atteints du sida. Ils sont séropositifs et beaucoup ont un sida déclaré. Ce sont bien les dommages du tourisme sexuel. Les familles sont pauvres alors les enfants sont confiés à des orphelinats. Les mères travaillent ensuite dans les rizières.



L'échange est très important pour les Thaïlandais. Le rapport au corps est différent. Les Thaïlandais sont bouddhistes à 95 %.



Il y a surtout une joie de vivre fantastique. D'ailleurs, on appelle ces gens "le peuple du sourire", ce n'est pas pour rien. Nous avons d'abord l'accueil. Ils sont toujours prêts à donner. Tout se fait dans le partage et la bonne humeur".

J'ai rencontré "le peuple du sourire"
"Qu'est-ce que j'ai appris de cette expérience? Plein plein de choses. La découverte de l'Asie du sud est. Une approche du pays.. Je n'ai plus aujourd'hui qu'une seule envie : Repartir! Nous avons vraiment travailler au mieux-être de l'enfant et à celui des mamans parfois. L'association amène la découverte de l'ostéopathie dans d'autres contrées. En retour, nous avons de merveilleux sourires, des anecdotes et des tas de petites choses toutes simples.

Tout ce mélange fait que l'on se sent un peu déphasé lorsqu'on rentre.

Je suis plus riche aujourd'hui.


C'est vrai : Les besoins exaucés ici sont si futiles. Alors j'ai un peu envie dire : Aller voir ailleurs et vous verrez qu'avec beaucoup moins, d'autres vivent plus heureux.


Je retiens autre chose : Le monde ne s'arrête pas de tourner parce que l'on s'en va.


Je suis un grand enfant. L'opportunité s'est présentée : Je suis partis. Mes enfants sont grands : Ils pouvaient se passer de moi quelques semaines. Oui, aujourd'hui, j'ai envie d'y retourner. Et cette envie vient vraiment du coeur.



J'ai fait là-bas de merveilleuses rencontres : Des bénévoles qui occupaient des postes très différents, des ostéopathes et les enfants...
Les orphelinats s'auto-suffisent en Thaïlande. Ils produisent leur nourriture. Les femmes , lorsqu'elles reviennent de la ville, font de la couture et de l'artisanat. les orphelinats ont leurs élevages cochons et de volailles. Ils n'achètent rien à l'extérieur. Les aides reçues de l'extérieur permettent donc de payer le personnel.



La Thaïlande est un pays contrasté. Le pays est en plein développement économique. Il y a des buildings, mais aussi des disparités sociales énormes. Des montagnes entières séparent le gars qui travaille dans la rizière de celui qui travaille dans une banque. La Thaïlande s'en sort."



Renseignements sur l'association : www.osteopathedumonde.com


Notez



Les Infos près d'ici... | Soumettre un article | Mentions Légales | Contact | Coups de coeur de la rédaction | Informations | L'info des réseaux


Savoir-faire & Diffusion - Ancenis Mauges MAG est le média local d'une agence en communication- Conseil en stratégie. Notre objectif: communiquons autrement, communiquons mieux!