Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Il était une fois ... François Pernel

Les Dossiers de Florence.


Il était une fois... François Pernel ( FP)
Il était une fois... François Pernel ( FP)
Au hasard de ma vie, j’ai rencontré un personnage vraiment peu ordinaire. Un personnage au sourire d’enfant, dans un grand corps d’homme. Un homme qui clame sa liberté. Un homme qui s’enivre de la diversité de la vie dans l’espoir d’atteindre la simplicité la plus pure.

Un homme aux grandes mains, souples et fortes. Un homme qui m’a ouvert la porte de sa maison et de son cœur… pour se conter.

Venez… entrez avec moi….

Il était une fois... François Pernel (FP)
Il était une fois... François Pernel (FP)
Cette histoire commence par celle d’un petit garçon qui, à l’âge de 6 ans, se choisit une harpe pour amie. Non pas que la harpe lui paraissait avoir une plus jolie voix que les autres instruments. C’est sa stature imposante qui retint son attention.

François, car c’est ainsi que se prénommait le petit garçon, se sentait en sécurité auprès de l’énorme instrument. Quand la harpe se penchait sur son épaule, il pouvait lui murmurer ses chagrins d’enfant du bout des doigts.

Oh, bien sûr ! Devenir ami avec une harpe n’est pas chose aisée. C’est une amie exigeante qui ne se livre pas facilement. Et il y eut des pleurs.

Mais ses efforts furent récompensés. Au point qu’il reçut la médaille d’Or du Conservatoire de Reims pour avoir ému tout le monde, en racontant, ce jour là, la plus belle histoire d’amitié entre un jeune homme et une harpe.

Il était une fois François Pernel ( photo René Schutte)
Il était une fois François Pernel ( photo René Schutte)
En grandissant, François arriva à l’âge adulte, et s’assit sagement sur les bancs de la faculté de droit. Mais quand il jouait de la harpe, son cœur d’enfant lui disait que sa vie était ailleurs. Alors, écoutant celui-ci, il pris sa grande harpe, celle des concerts philharmoniques, et partit pour l’Irlande.

Au pays de la musique celtique, il s’installa dans la rue et joua… du Bach ! … et les pièces se mirent à pleuvoir.

Dans un pays, où la musique et le rythme se transmettent oralement, les Irlandais étaient tombés sous le charme de la sensibilité de son interprétation.

Quant à François, il apprit la musique celtique par imprégnation, développant ainsi un savoir musical encore plus intuitif. Un savoir musical que certains qualifient de lunaire. Ainsi, la lune avait un nouveau fils.

Il était une fois... François Pernel (FP)
Il était une fois... François Pernel (FP)
Puis François Pernel revint en France, hésitant entre ce que son cœur d’enfant lui disait et l’image qu’on lui avait inculquée d’un adulte au métier et revenus stables. Il y eut différents petits métiers, différents endroits, différentes rencontres. Puis, il y a 5 ans, François s’est posé sur les bords de Loire.

Cet ancrage, lui a permis de déployer ses ailes et de s’affirmer dans ses choix.

Le choix de garder son cœur d’enfant. Parce qu’ « un artiste est un adulte qui n’a pas fait mourir l’enfant en lui ». Parce qu’un enfant est un être en devenir permanent.

Le choix aussi de s’attaquer à tous les registres, le choix de sortir chaque type de harpe de son répertoire, le choix de mélanger le lyrique, le rock et le celtique.

Tout simplement, le choix d’être libre.

Il état une fois... François Pernel (FP)
Il état une fois... François Pernel (FP)
Aujourd’hui, à 35 ans, François compose de plus en plus.

Mais quoi d’étonnant pour cet homme qui, a l’âge de 16 ans, avait déjà écrit sa première pièce pour quatre instruments (flûte, alto, harpe et violoncelle). Le tout accompagné de ses propres textes, joués par deux acteurs.

Avec déjà une discographie d’une dizaine de CD, reflétant sa gourmandise pour les couleurs et les nuances, François continue à composer musiques actuelles et textes pour son groupe OAK INK.

Mais pourquoi se contenter de musiques actuelles quand la mélodie se présente ? Alors, depuis peu, François compose aussi pour Marielle Dechaume, la chanteuse à la voix si expressive. Son rêve ? Faire une mélodie fredonnée par tous, avec très peu d’accords et le moins de notes possibles….

Il était une fois... François Pernel (FP)
Il était une fois... François Pernel (FP)
Maintenant, vous vous dites que François Pernel devrait être repu. Alors, vous ne le connaissez pas encore très bien ! Il vient d’écrire un opéra « Héro et Léandre » pour son orchestre de Jeunes à Juigné-sur-Loire.

Car écrire pour François lui est aussi vital que de jouer de la harpe. François couvre de son écriture impérieuse et rapide des pages entières de carnet. Une poésie où il aime à poser des contrastes irréconciliables, comme dans sa musique. Une écriture qui lui a valu de gagner un concours national de poésie contemporaine à 19 ans.

Et comme François est gourmand, ses envies sont à la hauteur de sa gourmandise : il est en train de composer un Ave Maria pour son ami Alexis Vassiliev, chanteur d’opéra souvent primé, contre-ténor et contralto. Une voix qui lui permet tous les registres et toutes les audaces. Une voix qu’accompagne François en Europe, en passant de sa harpe celtique à sa harpe classique.

Il était une fois... François Pernel (FP)
Il était une fois... François Pernel (FP)
Harpes celtiques, harpes classiques, harpes de différents fabricants. Chaque harpe a sa propre sonorité et sa propre personnalité. François en possède quatre.

Des tonalités différentes qu’il aime à mélanger, en jouant parfois avec deux harpes en même temps…toujours à la recherche de nouvelles émotions.

Car François Pernel avoue ne pas être un musicien au jeu très propre. Sa quête n’est pas dans la prouesse technique, mais dans la capacité à faire vibrer son public, à lui raconter une nouvelle histoire à chaque concert.

Il était une fois... François Pernel (FP)
Il était une fois... François Pernel (FP)
Et pour pouvoir exprimer ces émotions tant recherchées, François s’unit à sa harpe …corps et respiration.

François joue les yeux fermés…



Il était une fois... François Pernel (FP)
Il était une fois... François Pernel (FP)
Avec son appétit insatiable de nouveautés, François Pernel n’a pu s’empêcher de demander au luthier Philippe Volant de lui créer un nouveau prototype de harpe.

Une harpe chromatique à 61 cordes, toutes alignées. Ainsi, à chaque espacement de corde correspond un intervalle entre deux notes, avec une même régularité physique.

Le champ du possible s’est encore ouvert pour François, avec la capacité à jouer des accords jusqu’alors inaccessibles.


Aujourd’hui, les mains de François Pernel cherchent des audaces d’expressivité : de nouveaux silences, de nouvelles forces d’interprétation, des retenues insolites, des rythmes aux vivacités inattendues…

Et d’affirmer que l’on peut jouer des notes dissonantes, tant qu’elles sont assumées.

Car François cherche avant tout à provoquer un éveil et à bouleverser l’inconscient.

Il était une fois ... François Pernel (FP)
Il était une fois ... François Pernel (FP)
Un éveil, mais aussi une transmission, car François Pernel enseigne à l’école Arpège d’Ancenis et dans des écoles associatives de la région angevine.

Car pour cet homme généreux, la transmission est le cœur même d’une société. Avec la volonté de transmettre au-delà d’une technique, une patte sonore et le plaisir de jouer.

D’ailleurs, les enfants ne s’y trompent pas. Car quand j’ai demandé à cette petite fille, quelles étaient les qualités de son professeur, elle n’a guère hésité avant de répondre : « sa gentillesse, son attention à l’autre, sa joie de vivre, son sens de l’humour et son sens de musicien ».



Il était une fois... François Pernel (FP).
Il était une fois... François Pernel (FP).
Comme vous vous en doutez, François Pernel commence à avoir une certaine notoriété dans le milieu de la harpe.

Ses dates de concert sont de plus en plus rapprochées.

Il est invité à des Master class qui sont l’occasion pour lui de « re-création » d’œuvres majeures du répertoire dont il donne sa vision, mais aussi de création pour, et avec, les élèves qui lui sont confiés.

Voilà ! Je crois que je vous ai presque tout dit sur François Pernel. Peut-être encore certains de ses rêves ?

Etre invité en résidence pour composer, avoir sa propre tournée et, aller au Japon. Au Japon, parce que le rapport au temps est différent et que les arts traditionnels ont atteint une perfection rare.


Alors dépêchez vous d’aller l’écouter en concert, avant que d’autres ne nous le ravissent.

Les dates sont sur son site Internet.

http://www.la-harpe-libre.com/



Notez



Les Infos près d'ici... | Soumettre un article | Mentions Légales | Contact | Coups de coeur de la rédaction | Informations | L'info des réseaux





Partager ce site



Inscription à la newsletter

L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  


Savoir-faire & Diffusion - Ancenis Mauges MAG est le média local d'une agence en communication- Conseil en stratégie. Notre objectif: communiquons autrement, communiquons mieux!