Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Partager

Le Cellier rend hommage à Louis de Funès

Archives 25 janvier 2013 - "Nous sommes le 27 janvier 1983 - Lannion ( 22) - je n'ai que 7 ans. Pourtant, je me souviens..."

Le Cellier ( association Histoire et Patrimoine) rend hommage à Louis de Funès , ce samedi.







Télérama - le  Hors série spécial Louis de Funès.
Télérama - le Hors série spécial Louis de Funès.

Pour mieux connaître l'acteur ....

"Les émissions radio, des reportages télévisés et des hommages : Louis De Funès est mort au CHU de Nantes.



Sur toutes les chaînes , ses images : le château de Clermont, la Loire, Beau Rivage ...



Louis de Funès : une icône du cinéma et un personnage inoubliable pour les générations passées, présentes et futures.





30 ans plus tard...


Tous les jours, je passe devant le château de Clermont, au Cellier.


Aujourd'hui, mes enfants regardent les films de Louis de Funès et sont fascinés par l'acteur, tel que je l'ai été , moi-même".




Louis de Funès - ce grand Monsieur.




Un hommage discret , simple et sincère aura lieu au cimetière du Cellier ce samedi 26 janvier 2013à 14 h 30. une gerbe sur sa tombe le SAMEDI 26 JANVIER à 14 h 30.



Guy RAVARD, le président de l'association histoire et patrimoine , rappelera quelques temps forts de la vie de Louis de Funès.





L'info en plus d'Ancenis Mauges MAG :


Sur le net, un site tient lieu de référence depuis ses débuts ( à consulter absolument !! ) : http://www.defunes.org/


A l'occasion du trentième anniversaire de sa mort, le magazine Télérama propose un hors-serie dédié à Louis de Funès : en vente chez votre marchand de journaux au prix de 8 , 50 €.






Un jour un destin - Derrière le masque ...

Une heure trente de reportage - Un jour , un destin - Louis de Funès.





Hommage à Louis de Funès , au Cellier :

Samedi 26 janvier 2013 - 14 h 30 , Cimetière du Cellier.
Ouvert à tous.




Louis de Funès , par l'association Histoire et Patrimoine :

Par Guy Ravard, président de l'Association Histoire et Patrimoine du Cellier.




L' Association d’histoire locale a pour objet la diffusion d’ouvrages sur l’histoire de la commune, la préservation du petit patrimoine et des animations locales.






Louis de Funès en quelques mots et quelques dates :



Né le 31 juillet 1914 à Courbevoie
Marié le 4 avril 1943, à Paris, avec Jeanne BARTHELEMY de MAUPASSANT
Deux enfants : Patrick né le 27 janvier 1944, et Olivier le 11 août 1949.
Décédé le 27 janvier 1983 à l’hôpital de Nantes, d’une crise cardiaque
Inhumé le 29 janvier au cimetière du Cellier.




Ses origines Espagnoles :

Son père : Carlos Luis de FUNES DE GALARZA (1871-1934)
Sa mère : Léonor SOTO y REGUERA (1878-1957)
Son père était un petit avocat en Espagne, il arrive en France avec son épouse en 1904.
Ses diplômes d’avocat n’étant pas convertibles, il s’essaye à la profession de diamantaire.




Son enfance :


Louis de FUNES de GALARZA est le cadet d’une famille de trois enfants, avec son frère Charles mort en 1939, pendant la guerre, et sa sœur Marie décédée en 1993.
Louis de FUNES passe son enfance à Villiers-sur-Marne, il effectue sa scolarité à l’école Jules Ferry, puis au lycée Condorcet.
D’un tempérament « trempé », il exerce plusieurs métiers.



Ses débuts :

On le remarque en 1942 comme pianiste de bar, il a 28 ans.
Il s’inscrit au cours Simon, et se met au théâtre.
Les débuts de sa carrière furent timides : en 1945 avec Daniel Gélin, puis en 1950 avec Sacha GUITRY, en 1952 avec la troupe des Branquignolles.


Sa carrière :

C’est à partir de 1956, avec la « Traversée de Paris » avec BOURVIL, que la carrière cinématographique de Louis DE FUNES s’accélère.

Tout devient alors une succession de succès dont les titres sont régulièrement rediffusés et ont toujours une très forte audience .



Louis de FUNES et le Château de Clermont :


Le château de Clermont au Cellier, appartenait déjà, pour partie à son épouse Jeanne BARTHELEMY de MAUPASSANT, par succession de sa nièce Madame Marie BARTHELEMY, épouse du comte Charles NAU de MAUPASSANT
Charles de MAUPASSANT avait hérité de ce titre de son père, le comte Léon de MAUPASSANT. Il ne s’agissait pas d’un titre de noblesse française mais d’une distinction attribuée par le pape Pie IX en 1867, d’où le titre de « comte Romain ».

Le 24 janvier 1967, Louis de FUNES rachète la totalité des parts du château alors cédé à son épouse et à son frère par leur tante, Marie BARTHELEMY de MAUPASSANT, épouse de Charles de MAUPASSANT.


Les origines du château de Clermont :


Des origines très anciennes :

Au départ, selon les historiens, ce site aurait été un antique monastère nommée « Mont Clair », Mons Clarus dans les textes, dépendant de l’abbaye de Marmoutier et détruite lors des invasions Normandes au IXème siècle. On relèvera l’analogie entre Mont Clair et Clermont.

Sur les ruines de cette ancienne abbaye fut construite une première demeure seigneuriale.

L’actuel château de Clermont fut construit autour de 1642. Il est constitué de 30 pièces, 365 fenêtres, de nombreuses dépendances et d’un parc de 30 hectares.
Le parc possède une magnifique allée de cèdres classée.

Parmi ses hôtes illustres on peut mentionner :

Les familles :

De Bocigné, au 15ème siècle
Chenu au 16éme et 17 ème siècle, une famille de grands administrateurs militaires liée au prince de Condé. Les CHENU portèrent le nom de CHENU de LERMONT. Ils firent l’actuel château de style Louis XIII.
La famille de la Bourdonnaye
La famille Juchault des Jamonières
La famille de Maupassant


Louis de FUNES et la commune du Cellier :

Lors de ses séjours au Cellier, il se réfugiait discrètement dans son château où il avait deux passions :

√ Cultiver son jardin, ses rosiers (une variété porte son nom) mais tout autant son potager et ses arbres fruitiers, dont il pratiquait une culture biologique avant l’heure.

√ La pêche en barque en Loire, à Beau Rivage, en bas de sa propriété, ce qui se terminait par un déjeuner à l’hôtel restaurant du même lieu, sa table étant réservée avec vue sur la Loire.



Lors de ses séjours au Cellier, avec son épouse et parfois ses deux enfants, il assistait régulièrement à la messe dominicale. Il avait d’ailleurs offert l’orgue de l’église.


A l’issue de la messe, on le voyait se promener dans le bourg, il avait ses habitudes chez l’épicerie « Guilbaud » où l’attendaient ses cigares favoris et parfois quelques articles de pêches, il poursuivait ensuite son périple chez un tapissier, Monsieur Cherbonnier.


Sa fin tragique :

Le 27 janvier 1983, une mauvaise grippe met fin à sa carrière, dans son cher château de Clermont. Malgré les conseils de son entourage, en période hivernale particulièrement rigoureuse, il veut voir son jardin. De retour chez lui, il a un malaise, le médecin l’envoi à l’hôpital de Nantes où il décède d’une crise cardiaque.

Il fut inhumé le 29 janvier 1983 au cimetière du Cellier dont la famille DE MAUPASSANT en avait fait don à la commune en 1877.

Le château de Clermont après DE FUNES :

Mis en vente par la famille, il est racheté en 1986 par une association d’insertion pour patients en psychiatrie (P.I. puis E.S.P.E.R.), puis de nouveau racheté en 2005 par un investisseur immobilier qui le transforme en logements d’habitation, fin 2009.

Sa mémoire :

Depuis son décès, des fidèles de l’artiste se recueillent régulièrement sur sa tombe et laissent souvent en souvenir un modeste témoignage de sympathie.

Poème de Jacques Remaud , 1983.

Hommage à Louis De FUNES d’un habitant du Cellier



Des amuseurs, en France, nous en avons connus,
RAYNAUD et FERNANDEL, BOURVIL et puis RAIMU.

Au pays de l’humour, là où nous aimons rire,
Perdre un ami, c’est grave ; un amuseur, c’est pire.

Semer la nostalgie n’est pas ici mon but,
Et ne saurais le faire en pensant à Fufu,
Lui dont la destinée fut de rendre joyeux
Certains jours d’un présent quelquefois trop sérieux.

Il n’a pour prétention, ce bien modeste hommage,
Que de saluer, ici, son talent, son courage.

Nul, petit ou grand, ne pourra l’oublier
Et encore moins nous autres qui sommes du Cellier.

L’homme nous a quittés, mais son œuvre demeure :
« Gendarme de St Tropez » et « Folie des Grandeurs »
« Grande Vadrouillle », « Corniaud » ; « Oscar » et « Fantomas »
Festival de gags, de colères, de grimaces…

Chef tendre et humain, mais souvent tyrannique,
Vous avez su sévir en restant sympathique.

Nous pouvons résumer votre art en quelques mots :
Oui… vous étiez le seul à savoir en faire trop.

Vous faites partie de ceux qui nous quittent en restant
Car nous vous reverrons longtemps sur nos écrans.

Et au nom de nous tous, des grands aux plus petits,
Monsieur De FUNES, chapeau, chapeau ….et puis MERCI.


Jacques REMAUD, humoriste


Notez




1.Posté par Christelle le 29/01/2013 10:22


Avis perso - Le meilleur livre que j'ai pu lire sur Louis de Funès : Ne parlez pas trop de moi les enfants , édition du Cherche Midi , vient d'être réédité .

Profitez-en : 4 exemplaires sont disponibles au bar-tabac du Cellier . Sinon direction Internet - site Cherche Midi.


2.Posté par Roselyne le 02/02/2013 06:59

L'association Musée de Louis a été créée ce mois de janvier 2013, née de notre projet de musée dédié à Louis de Funès au Cellier.

Dans quelques semaines, nous organiserons une réunion publique. L'information sera publiée dans la presse locale.

Notre site internet, en construction : http://www.museedelouis.org

Nouveau commentaire :
Twitter

Pays d'Ancenis | Mauges Communauté | Ancenis à la Une | Saint-Mars-La-Jaille Actualités | Ligné Info | Loire - Atlantique


Savoir-faire & Diffusion - Ancenis Mauges MAG est le média local d'une agence en communication- Conseil en stratégie. Notre objectif: communiquons autrement, communiquons mieux!